Glossaire de Linguistique Computationnelle

Document principal originel par Mourad Amine, 1995
augmenté par le glossaire de
Serge Fleury, 1997
adapté pour le Web et augmenté par
Lionel Delafosse, 1999

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Bibliographie


FIGURES, FLEXIBILITÉ, FLEXION, FONCTION, FORMALISME, FORME, FRAME, FUTUR


FIGURES (en rhétorique)

Divers aspects que peuvent revêtir différentes expressions du discours. On distingue les figures de pensée (imagination, raisonnement, description), de signification (changement de sens : métaphore), d'élocution (choix des mots convenant à l'expression de la pensée), de répétition (synonymie), de style (relation entre plusieurs idées), de construction, d'expression ...

FLEXIBILITÉ

Une propriété fondamentale de l’intelligence est la notion de flexibilité. L’être humain est capable de conduire un raisonnement par constructions successives en intervenant pas à pas dans l’élaboration de ce raisonnement et si nécessaire en éliminant certaines étapes défaillantes de son raisonnement. Si les dispositifs informatiques doivent agir intelligemment ("comme un être humain le ferait"), ceux-ci doivent nécessairement être flexibles.

FLEXION

- Ensemble des modifications que subit un mot dans sa terminaison, selon le rôle qu'il joue dans la phrase.

- Processus qui consiste à modifier le radical d’un mot ou à lui adjoindre un certain type d’élément affixe, pour exprimer un aspect ou un rapport grammatical.

En français, la flexion verbale donne des indications sur le mode, le temps, la personne (ex. : chanterions : - forme lemmatisée : chanter) :

et la flexion nominale : donne des indications sur le nombre, le genre, la personne.

Ex. : je, me, mon, moi, la mienne ...

FONCTION

Les fonctions sont les relations qu'entretiennent entre eux les constituants de la phrase. On distingue les fonctions du nom, de l'adjectif, des adverbes, des propositions entre elles, etc.

Une fonction générique en CLOS est une interface pour l'utilisation des méthodes. Elle indique le patron syntaxique commun aux diverses méthodes associées à cette fonction générique.

FORMALISME

Voir langage formel.

FORME

Ex.: C'est ce soir que nous sortons. (# Nous sortons ce soir)

Type de phrase facultatif qui consiste à mettre en relief un des éléments de la phrase. La forme correspondante est la forme neutre.

Ex : Je ne le vois pas dans le jardin. (s'oppose à : Je le vois dans le jardin)

Type de phrase facultatif qui consiste à ajouter de part et d'autre du verbe (ou de l'auxiliaire pour les temps composés) l'adverbe ne ... pas. On parle alors de négation totale, ex.: Je ne le vois jamais dans le jardin. (s'oppose a : Je le vois toujours dans le jardin.)

La négation partielle consiste à ne nier qu'une partie de la phrase. Les adverbes utilisés sont alors : ne ... plus, ne ... jamais, etc. La forme correspondante est la forme affirmative.

Ex.: Le chêne a été déraciné par la tempête. (s'oppose à : la tempête a déraciné le chêne).

Type facultatif qui consiste à transformer la phrase de la manière suivante : le COD devient sujet, le sujet devient complément d'agent et le verbe est au participe passé précédé de l'auxiliaire être conjugué. Seules la plupart des phrases comportant un verbe transitif direct peuvent subir cette transformation. La forme correspondante est la forme active.

FRAME

Les frames (Minsky 1975) sont des entités regroupant de manière structurée l'ensemble des connaissances relatives à un objet, un concept... Un frame est composé d'un ensemble d'attributs correspondant aux diverses notions relatives à la chose ainsi représentée. Un ensemble de frames peut être organisé sous la forme d'une hiérarchie d'objets traduisant les relations entre les objets representés dans un domaine donné.

FUTUR

Ex.: Il viendra demain.

Temps de l'indicatif qui indique qu'une action est située dans l'avenir par rapport au présent du récit ou du discours. Le futur (sauf pour certains verbes irréguliers) est formé sur l'infinitif du verbe + les terminaisons ai, as, a, ons, ez, ont.

Ex.: Il va venir bientôt. (= Il viendra)

Manière d'exprimer le futur, non par le temps du verbe, mais à l'aide d'une périphrase verbale.

Ex.: Ils sont sur le point de partir. (= Ils sont prêts à partir)

Manière d'exprimer le futur, non par le temps du verbe, mais à l'aide d'une périphrase verbale. L'action exprimée doit se produire incessamment.

Ex.: Quand il aura fini, il viendra.

Temps composé de l 'indicatif, le futur antérieur exprime une action achevée (aspect accompli). Employé avec le futur, il exprime l'antériorité. Le futur antérieur est formé de l'auxiliaire avoir ou être conjugué au futur et du participe passé du verbe.

Ex.: Je pensais qu'il viendrait.

Le futur du passé est un emploi du conditionnel imposé par la concordance des temps. Dans un récit au passé, il exprime une action future par rapport au verbe de la principale. Ce futur peut se situer dans le passé (je pensais qu'il viendrait l'année dernière), le présent (aujourd'hui) ou l'avenir (la semaine prochaine).


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Bibliographie

 


Page d'Accueil Page précédente Page suivante Liens Dernières nouvelles Dernières nouvelles

Dernière mise à jour : 21 mars 1999 © Lionel Delafosse